lundi 5 novembre 2012

Le Delta de la Sauer

Le Delta de la Sauer est une réserve naturelle en bordure du Rhin.
Traversée depuis Seltz par la rivière Sauer qui se jette dans le Rhin à Munchhausen. L’intérêt que je lui porte est contrasté.
Le niveau des eaux y est très variable car il est utilisé comme un polder naturel. On y retient l’eau via une écluse à Munchhausen lors des crues du Rhin ou on l’assèche pour maintenir le tirant d’eau nécessaire à la circulation fluviale.
Les zones d’observation évoquées ne concernent que les odonates. Selon qu’on s’intéresse aux oiseaux, aux batraciens ou à la flore, le découpage proposé ne sera sans doute plus pertinent. La liste des espèces de chaque zone n’est pas exhaustive mais correspond à ce que j’y ai observé  et identifié.

Au Sud, le Fahrgiessen (1) que j’arpente très souvent fait partie de la Réserve. C’est à mes yeux la partie la plus riche en odonates et la plus propice à l’observation.
En remontant vers le Nord, je distingue 2 zones. Le Niedersand (2)  qui longe les gravières du Rhin, essentiellement fréquentée par les pêcheurs mais pauvre en odonates. La partie Est du Niederwald (3), une forêt semi-immergée à la sortie de Seltz, riche en odonates mais peu facile d’accès.
En arrivant à Munchhausen , la réserve est séparée en 2 zones parallèles.  A l’Ouest, la prairie du Grosswoerth (4) est un bon site d’observation malgré la fréquentation humaine accrue.  A l’Est, les vastes étangs (anciennes gravières) qui longent le Rhin sont peu intéressants jusqu’à la jonction avec le Bois de Munchhausen (5), typiquement rhénan, c’est-à-dire semi-immergé.

Le Delta de la Sauer

Le Fahrgiessen est un bras mort du Rhin. Il communique avec la Sauer  et avec le Rhin actuel, canalisé,  via un déversoir. Son niveau varie en fonction du niveau du Rhin.
C’est une zone gérée par les pêcheurs qui s’y montrent plutôt respectueux de la nature. Les libellules y sont nombreuses et assez faciles à observer.
Zygoptères :  Agrion jouvencelle, Agrion porte-coupe, Agrion à larges pattes, Naïade aux yeux rouges, Caloptéryx éclatant, Caloptéryx vierge, Nymphe au corps de feu.
Anisoptères : Libellule déprimée, Libellule fauve, Orthétrum réticulé, Sympétrum sanguin, Sympétrum strié, Aeschne bleue, Aeschne mixte, Anax empereur, Gomphe à pattes noires.


Anax empereur

Le Niedersand n’est pas sans intérêt mais ses accès sont peu praticables. Je n’y ai observé que des Caloptéryx.

La partie Est du Niederwald au Nord de Seltz, est une foret semi-immergée dans sa partie basse, c’est-à-dire qu’elle subit régulièrement les montées des eaux.
Humidité, moustiques, haute végétation, l’observation n’est pas facile mais la présence des Naïades m’incite à fréquenter les lieux où la Libellule déprimée et Le Gomphe à pattes noires se côtoient.
Zygoptères : Agrion jouvencelle, Naïade aux yeux rouges, Naïade au corps vert.
Anisoptères : Aeschne bleue,  Gomphe à pattes noires, Libellule déprimée, Sympétrum strié.

Naïade aux yeux rouges

Le Bois de Munchhausen est un milieu semi-immergé. C’est le repère des Lestes verts.
Zygoptères : Agrion jouvencelle, Agrion porte-coupe, Agrion à larges pattes, Leste vert.
Anisoptères : Aeschne bleue, Sympétrum sanguin, Sympétrum strié.


Le Grosswoerth est une vaste prairie entourée de digues. La présence du public qui confond ses allées avec un canidrome ou un terrain de jeux pour quads et 4x4 ne facilite pas une observation sereine. Les véhicules creusent, élargissent les allées, empiètent sur les milieux où vivent et chassent les libellules. A cause d’une présence humaine de plus en plus importante et de moins en moins soucieuse de la nature, ce milieu s’appauvrit d’année en année.
Zygoptères : Leste vert, leste fiancé.
Anisoptères : Libellule déprimée, Orthétrum réticulé, Sympétrum sanguin, Sympétrum strié, Anax napolitain, Crocothémis écarlate.


Caloptéryx éclatant

18 commentaires:

  1. Magnifique article ! On sait tout sur ton site de prédilection, et ses habitants, grâce à ces 3 superbes images ! Cdlt, M.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Morikan, j'ai assez de recul (et de clichés) aujourd'hui pour rédiger cet article qui je l'espère servira à d'autres amateurs...

      Supprimer
  2. Ohhhhh Mais je ne saurai même pas y aller avec tous ces noms barbares que tu nous donnes ;)
    la Naïade est superbe.
    bisous Philippe
    Violette

    RépondreSupprimer
  3. PHIL moi qui aime pêcher et bien et qui aime regarder les pêcheurs aussi
    que dire
    Je fais tj attention MOI
    encore de belles photos mais je commence par en avoir l'habitude
    Merci aussi pour ce texte et ce serait sympa de pouvoir s'y balader dans
    le calme
    bise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir France :)
      Seule la partie fréquentée par le public n'est pas toujours aussi calme qu'elle devrait l’être. Les autres sites sont quasi déserts, je n'y ai jamais rencontré d'autres photographes depuis que je les fréquente (c'est à dire une quinzaine d'années).

      Supprimer
  4. Oups!
    J'ai raté ce post très intéressant!
    Excellente idée que de donner ces infos sur cet environnement!
    Belles photos pour les accompagner!
    Bizzz et bon dimanche Phil!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Noushka, je suis en train de préparer d'autres billets de ce genre.

      Supprimer
  5. Pour tout te dire, et si tu n'étais pas aussi loin de moi, je serais volontiers allé à ta rencontre sur tes terres à la découverte de ton pré carré qui m'a l'air magique en matière d'Odonates de tous poils :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un milieu très riche en effet, merci de ta visite Roger :)

      Supprimer

Vos messages sont appréciés, merci !