mardi 28 avril 2015

Premières exuvies

Exuvie (Cordulie bronzée)

Le travail, les pêcheurs et les pluies violentes m’ont éloigné de mes stations d’observation. L’étang du Beilenkopf reste accessible malgré la crue du Rhin et les premières exuvies encore en place dans la végétation rivulaire montrent que les émergences des libellules ont commencé.
Il s’agit pour l’essentiel de cordulies bronzées.

Cordulie bronzée (2014)

Exuvie (Cordulie bronzée)

Exuvie (Cordulie bronzée)

Exuvie (Libellule à quatre taches)

Libellule à quatre taches (2014)

vendredi 24 avril 2015

La première larve

Larve de cordulie bronzée

L’heure des émergences n’a pas encore commencé. Les nuits sont encore trop froides. Elles devraient débuter entre le 1er quartier de lune (26 avril) et la pleine lune (04 mai) pour les cordulies, les libellules fauves et les agrions.
Actuellement, je n’ai pas trouvé de traces d’exuvies (complètes ou non). Les araignées, prédatrices lors des émergences, n’ont pas encore commencer à tisser leurs pièges dans la végétation rivulaire.
Chaque matin de la semaine, j’ai inspecté la végétation : je n’ai observé ce jeudi qu’une larve de cordulie bronzée prête à émerger (longueur environ 25mm, abdomen large, pyramide anale courte). Hélas, elle semblait mal partie : elle était parasitée par une tique et des acariens. Quelques minutes après le dernier cliché, elle avait disparue, probablement mangée par un oiseau.

Larve de cordulie bronzée

jeudi 23 avril 2015

Les habitants du canal

Canal de décharge du Rhin

Au côté du Rhin endigué se trouve un canal de décharge. Il permet de déverser dans le vieux fleuve les petits affluents et le trop plein des polders et des gravières afin de réguler en permanence le tirant d’eau nécessaire à la navigation marchande.
Tandis que sa berge mitoyenne avec le Rhin canalisée est rase, sa berge ouest est arborée (pins, bouleaux, saules, peupliers, arbustes). Les arbres sont abattus dès qu’ils sont envahissants ou susceptibles de fragiliser la structure du canal. Des petits ponts permettent de le traverser afin de rejoindre le fleuve, ses embarcadères et ses ports où les péniches sont chargées en graviers. Des écluses régulent son débit.

Canal de décharge du Rhin

Ce petit canal abrite une avifaune assez variée et peu dérangée car la pêche y est interdite. Corneilles, hérons cendrés, canards colvert, fuligules morillon, cygnes tuberculés, nettes rousses, grands cormorans, grèbes huppés s’y côtoient. Isolés des prédateurs, ils sont nombreux à y nicher et y élever leurs petits.
Les ragondins le fréquentent également pour  se nourrir mais ne peuvent y résider car les berges du canal sont constituées de gros rochers et de remblais.
Dès mai, là où le courant est le plus faible, les libellules – essentiellement des caloptéryx éclatants – y pullulent. C’est le seul endroit de toutes mes stations d’observation où j’ai photographié le sympétrum déprimé.
Les papillons fréquentent aussi ses berges fleuries et ses friches : j’y ai photographié demi-deuil, tabac d’Espagne, mélités, azurés, vanesses, mars changeant, machaon…

Fuligules morillon

Nettes rousses

Ouette d’Egypte

Héron cendré

Caloptéryx éclatant

Sympétrum déprimé

Azuré

Demi-deuil

Azuré

mardi 21 avril 2015

La forêt inondée

Forêt inondée

Cet hiver, les pluies ont été abondantes et la forêt est toujours inondée. Sous la fine couche de terre, l’argile imperméable empêche l’eau de s’infiltrer. Les laies qui permettent de circuler sont à peine sèches, les fossés qui les bordent sont pleins.
Si cela me permet de réaliser de nombreuses photos de cardamines, de nombreuses plantes (prêles, populages des marais) demeurent inaccessibles car elles fleurissent sur des ilots ou en pleine eau.

Cardamine des prés

Forêt inondée

Forêt inondée
L’argile de cette grande forêt est exploitée en plusieurs endroits pour fabriquer des briques et des tuiles, ainsi que des poteries renommées. Soufflenheim propose des poteries décorées et résistantes au feu, tandis que Betschdorf est réputée pour ses poteries adaptées à la conservation.

Anémones des bois

Forêt inondée

Sous l’épaisse couche d’argile, la nappe phréatique côtoie le sable de quartz. Ce sable de grande qualité est également exploité dans des carrières à ciel ouvert. Les étangs de cette forêt sont souvent des anciennes carrières, leur accès n’est pas recommandé et doit se faire avec prudence (risque d’éboulement et/ou d’envasement).
Néanmoins, il est possible d’y observer quelques libellules (agrion porte-coupe, aeschne bleue, libellule déprimée, libellule à quatre tâches, cordulégastre annelé, nymphe au corps de feu, sympétrum strié)…

Cardamine hirsute

Prêles des champs

Prêles des eaux

Populages des marais

Cardamine des prés

Cardamine des prés

mardi 14 avril 2015

Grand calme


A quelques kilomètres en aval du Roessmorder, la réserve de Munchhausen arbore la blondeur des saules blancs. Les oiseaux se font rares, occupés à courtiser, nicher à l’abri des regards…

Munchhausen - 2

Munchhausen - 3

Munchhausen - 4

Munchhausen - 5

Munchhausen - 6

dimanche 12 avril 2015

Le réveil du Roessmoerder

Roessmoerder

Le printemps s’éveille doucement au bord du Rhin. L’ail des ours embaume déjà les sous-bois, il fleurira sous peu. Les insectes se manifestent, abeilles, bourdons, piérides, bombyles, moustiques.
Je traque les premières libellules. Près du Rhin, ce sont souvent les cordulies bronzées qui ouvrent le bal. Je n’ai pas encore vu leurs exuvies.
Comme les cormorans, je profite de la lumière en attendant le spectacle des premières émergences…

Roessmoerder

Roessmoerder

Roessmoerder

Roessmoerder

Roessmoerder