mercredi 30 avril 2014

Le matin des fées - 1

Première partie, introduction

Émergence

Réveillé assez tôt par un franc soleil, je décide de rejoindre l’étang du Beilenkopf. Avec un peu de chance, je pourrais y observer mes premières émergences de l’année.

Comment sait-on que les libellules vont émerger ? Mystère et boule de gomme ! Je ne peux répondre avec précision : je suspecte, j’espère et je suis souvent bien servi mais il n’y a rien de scientifique dans ma démarche.
Je suis toujours ébahi de constater que des dizaines de larves décident sans concertation de devenir imagos en même temps. Qu’est-ce qui les décide ? La lunaison, la température de l’eau, les conditions météo, leur horloge biologique ? Je ne sais pas. Mais j’ai souvent observé que les araignées colonisaient la végétation rivulaire une ou deux journées avant l’évènement comme pour se préparer au festin.
De la même manière, je me prépare à les accueillir sans avoir reçu le moindre carton d’invitation. L’expérience, le souvenir de journées semblables, joue mais ce n’est pas très rationnel. Disons pour résumer que lorsque vous aurez assisté à un tel évènement, vous saurez quand et comment il se reproduira…

Émergence

Émergence

mardi 29 avril 2014

Le mal-aimé

Ragondin

Un après-midi au bord du Fahrgiessen. Je photographie les cardamines des prés. Dans l’herbe, je distingue une masse sombre. Je m’approche, un ragondin ! Il respire, croise mon regard mais ne fuit pas. Est-il blessé, empoisonné, mourant ?
Je penche pour l’empoisonnement car il n’est pas aimé. On peste contre ses galeries qui minent les berges, on le piège.
Une demi-heure plus tard, je reviens sur mes pas. Le ragondin s’anime et me fuit avec une belle énergie. Ouf, il n’était pas mourant mais faisait simplement la sieste !

Ragondin

lundi 28 avril 2014

La fée du Heimbach

Nymphe au corps de feu

Malgré le printemps précoce, les nymphes de l’étang du Heimbach n’ont pas encore daigné se montrer. Je n’ai croisé le regard que de cette fée bien seule…

Nymphe au corps de feu

Nymphe au corps de feu

dimanche 27 avril 2014

Mon meilleur ennemi

Moustique sur prêle des eaux

Parti joyeux à l’idée de photographier les prêles des eaux qui poussent au bord des forets semi-immergées de la plaine du Rhin, j’ai rapidement déchanté : assailli par un nuage de moustiques, j’ai dû rebrousser chemin !
Pas rancunier, je suis revenu photographier mon meilleur ennemi. Plutôt calme car il s’agissait de mâles… reconnaissables à leurs antennes plumeuses et qui ne se nourrissent que de nectar.

Moustique sur prêle des eaux

Prêle des eaux

samedi 26 avril 2014

La vie près des saules

Saules du Fahrgiessen

L’envie de redonner vie à Philibellules après un an de sommeil…
Evoquer encore libellules et demoiselles mais aussi la vie qui gravite autour, végétale, animale.

Grenouille

Prêles des eaux
A bientôt !