jeudi 29 mars 2012

Erythromma najas

Naïade aux yeux rouges

Erythromma najas est le nom latin et scientifique de la Naïade aux yeux rouges. Je l'observe près du Rhin, dans les eaux calmes du Delta de la Sauer et du Fahrgiessen.
Hélas, d'année en année, le niveau du Rhin et de ses affluents tels que la Sauer ou la Moder baisse. Cela finit par affecter la vie aquatique : les zones habituellement en eau sont alors découvertes et colonisées par des plantes invasives. Les insectes disparaissent faute de disposer de nourriture et de lieux de reproduction. C'est le sort de plusieurs espèces d'odonates dont les larves se développent sous l'eau.
En 2011, jadis abondants, les sympétrums et les lestes furent rares. Si les naïades étaient présentes, leur effectif était très faible.
Cet assèchement plus ou moins maitrisé (!) des zones humides ne contrarie pas que les libellules et les odonatophiles. Certains oiseaux nicheurs finissent par déserter les lieux. Et je parle pas des pollinisateurs, abeilles et papillons, grands absents des dernières années, sensibles aux pesticides que la mono-culture extensive du maïs emploie pour combattre les chrysomèles.
Et l'Homme dans cette histoire? J'ai bien peur que ce qui affecte mes chers lestes et mes fées aux yeux rouges ne soit que le prélude du mal qui nous touchera bientôt...

Naïade aux yeux rouges

Naïade aux yeux rouges

Photos prises en mai 2011.

A voir ou à revoir :
La Naïade aux yeux rouges
Les Naïades de la Sauer

mardi 27 mars 2012

Naïade au corps vert

Naïade au corps vert

J'ai toujours cru que seule la Naïade aux yeux rouges (Erythromma najas) fréquentait mes stations d'observation près du Rhin. Pendant mon repos forcé récent, l'examen attentif de mes archives m'a révélé que je l'avais parfois confondue avec la Naïade au corps vert (Erythromma viridulum).
La différence la plus évidente se situe au niveau du thorax, la Naïade au corps vert arborant des bandes anthéhumérales complètes ou incomplètes. Le second signe est un x noir à l'extrémité de l'abdomen. Absent de mes photos, j'essaierai de le capter lors d'une prochaine observation.

Naïade au corps vert

Naïades au corps vert (accouplement)
Photos prises en mai et juin 2011

A voir ou à revoir :
Les yeux rouges
Naïades

jeudi 22 mars 2012

L'Agrion élégant

Agrion élégant

L'Agrion élégant (Ischnura elegans) est une demoiselle qui abonde sur mes stations d'observation des bords du Rhin. Elle est aussi discrète, petite allumette aux ailes serrées contre son corps. Souvent en compagnie d'Agrions à larges pattes et d'Agrions jouvencelle. J'attends sa venue pour la fin avril ou début mai.
La couleur du thorax des femelles immatures varie, orange, verte ou lilas.

Agrion élégant

Agrion élégant

Agrion élégant

Agrion élégant

Agrion élégant

Photos prises en 2009, 2010 et 2011.

A voir ou à revoir :
Jolis coeurs
Agrions du Rhin

jeudi 15 mars 2012

Coenagrion puella

Agrion jouvencelle (accouplement)

L'Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) est une demoiselle que j'observe sur la plupart de mes stations d'observation (rives du Rhin, étang des Vosges, Oise). Le mâle se reconnait aisément grâce au U noir du second segment de son abdomen. Je reconnais les femelles lorsqu'elles sont accouplées car elles demeurent cachées la plupart du temps, timides ou peut-être allergiques au photographe ;-)
Commun et très répandu, l'Agrion jouvencelle promène ses beaux yeux bleus et noirs de mai à juillet.

Agrion jouvencelle

Agrion jouvencelle

Agrion jouvencelle

Agrion jouvencelle

Photos prises en 2009, 2010 et 2011.

A voir ou à revoir :
L'Agrion jouvencelle
Agrions du Rhin

lundi 12 mars 2012

Les sanguins du Grosswoerth

Sympétrum sanguin (2009)

Commun dans la Réserve naturelle du Delta de la Sauer, le Sympétrum sanguin y abondait en 2009. Ses effectifs ont légèrement baissé en 2010. L'assèchement précoce du lit de la Sauer, la rivière qui traverse la réserve, dès le début de la saison 2011 a probablement détruit les larves : comme les orthétrums, les lestes et les agrions, les sympétrums furent rares pendant les périodes de vol habituelles. Seuls quelques striés ont émergé en fin de saison près de l'ancienne gravière.


Sympétrum sanguin (2009)

Sympétrum sanguin (2009)

Sympétrum sanguin (2010)

A voir ou à revoir :
Sympétrums du Fahrgiessen
Doux sympétrums
Les sanguins

vendredi 9 mars 2012

Nymphes du printemps 2009

Nymphe au corps de feu

Parmi toutes les libellules que j'observe dans les Vosges du Nord, les Nymphes au corps de feu (Pyrrhosoma nymphula) demeurent les plus faciles à observer.
Les "vraies" libellules, aeschnes, anax, cordulies et quatre tâches, patrouillent sans cesse à la recherche de proies, repoussent leurs ennemis, captent les femelles et se reposent à l'abri des branches hautes des arbres. Les depressa et les orthétrums gardent leurs distances tandis que la nymphe demeure cramponnée à son brin d'herbe ou se cache sous une feuille de rubanier. En évitant les mouvements brusques, il est possible de les approcher pour les immortaliser.

Nymphe au corps de feu

Certaines nymphes sont plus ternes. Je n'ai observé cette variété (f.melatonum sans rouge) à l'abdomen bronze et noir qu'une seule fois en 2009.

Nymphe au corps de feu

Les sphères sombres à la naissance de l'abdomen de cette nymphe sont des parasites, des acariens qu'on peut parfois observer sur la base des ailes ou sur le cou (protonum).

Nymphe au corps de feu

Photos prises les 06 mai et 03 juin 2009

A voir ou à revoir :
Nymphes de Mai
Nymphes au corps de feu
Pyrrhosoma nymphula

lundi 5 mars 2012

Libellula quadrimaculata

Libellule à 4 tâches (Libellula quadrimaculata)

La libellule à 4 tâches (Libellula quadrimaculata) est une libellule forestière et vosgienne. Je ne l'ai observée qu'une seule fois près du Rhin à l'étang du Beilenkopf. Il me faudra vérifier si il y a d'autres imagos en lisière de la Réserve Naturelle de la forêt d'Offendorf toute proche.
Dans les Vosges du Nord, elle est présente dans les tourbières et les eaux calmes. L'observation n'est pas toujours aisée : les approcher au 100 mm macro signifie la plupart du temps piétiner des mousses et des sphaignes, voire de s'enliser dans la tourbe. Je me contente de les capter d'un peu plus loin à l'aide du zoom 70-300 mm pour ne pas altérer le milieu, laissant aux spécialistes le soin de pénétrer leur biotope fragile.

Libellule à 4 tâches (Libellula quadrimaculata)

Libellule à 4 tâches (Libellula quadrimaculata)

Libellule à 4 tâches (Libellula quadrimaculata)

A voir ou à revoir :
Libellules à quatre taches
Quatre taches
Quadrimaculata

jeudi 1 mars 2012

Gomphe vulgaire

Gomphe à pattes noires (Gomphus vulgatissimus)

Retour sur l'un des odonates en vedette l'année dernière aux cotés de la Libellule déprimée sur les bords du Rhin : le Gomphe vulgaire ou gomphe à pattes noires (Gomphus vulgatissimus).
Il était presque impossible de ne pas rencontrer ce placide dragon entre mai et juin. Il était présent sur chaque station d'observation et son jaune vif ne manquait pas de m'attirer.
Sera-t-il au rendez-vous cette année? J'aimerais également croiser l'un de ses cousins, l'Ophiogomphe serpentin, signalé et protégé dans la région, que je n'ai encore pas observé à ce jour. Il est permis de rêver, non?

Gomphe à pattes noires (Gomphus vulgatissimus)

Gomphe à pattes noires (Gomphus vulgatissimus)

Gomphe à pattes noires (Gomphus vulgatissimus)

A voir ou à revoir :
Vulgatissimus
Monsieur Gomphe
Madame Gomphe