lundi 30 août 2010

Sympétrums

Sympétrum sanguin

Les sympétrums sont rares près du Rhin. Moins nombreux qu'en 2009, le mauvais temps fréquent en ce mois d'aout les a rendu invisibles ou presque.
Un petit coup d'oeil suffit pour se rendre compte que le disque dur ne recèle plus beaucoup d'entre eux. J'aurais dû persévérer, prendre davantage de photos mais j'ai assez d'une main pour compter les observations fructueuses de l'année. Toujours en train de rouspéter - quand il y en a trop, quand il n'y en a pas assez - j'espère surtout que la chute des populations de libellules n'est que ponctuelle et que cela n'augure pas un appauvrissement ou un phénomène plus grave pour l'écosystème des rives du Rhin.

Sympétrum sanguin
Sympétrum strié
Sympétrum strié

samedi 28 août 2010

Lestes verts

Leste vert

Le vent et les nuages étaient de la partie cette après-midi et les seules libellules visibles étaient les lestes verts. J'ai marché assez longtemps autour des prairies du Grosswoerth sans rencontrer un seul sympétrum alors qu'ils abondaient l'année dernière. Près de la digue Ouest, les lestes fiancés ont désormais disparu, leur saison est achevée. A l'ancienne gravière, orthétrums et crocothémis étaient également absents...

Leste vert
Leste vert

jeudi 26 août 2010

Sympétrum strié

Sympétrum strié (femelle)

Le mauvais temps succède au mauvais temps. A l'étang du Beilenkopf, les libellules se font rares.
Les sympétrums sanguins et striés se partagent la végétation rivulaire tandis que les anax napolitains et les aeschnes bleus, enfin visibles, se disputent les lieux de ponte et les bonnes branches des saules.
Pas de quoi de sauter de joie lorsqu'à la fin d'une sortie, on a assez d'une main pour compter les bons clichés...

Sympétrum strié (femelle)

vendredi 20 août 2010

L'anax parthenope

Anax napolitain (100 mm macro)

Le retour du beau temps m'a permis d'observer les anax napolitains de l'étang du Beilenkopf.
Les prises de vue au 100 mm macro ne donnent pas d'excellents résultats car les spécimens sont éloignés du rivage. J'ai utilisé mon zoom 70-300 mm malgré la moindre qualité et le flou de bougé plus fréquent.

J'ai noté que les anax se perchent assez souvent sans cesser de voler comme s'ils cherchaient à marquer la végétation. D'autres individus se posent ensuite près des "marques" pendant plusieurs secondes. L'utilisation du zoom ne m'a pas permis de capter nettement les pièces anales et de distinguer s'ils s'agissaient de femelles fécondes laissant des marques afin d'informer les mâles de leur fertilité.
J'avance cette hypothèse parce que Christiane Hubrecht m'en avait fait part pour une autre espèce (Anax imperator me semble-t'il). Si vous avez des informations plus précises ou contradictoires, merci d'avance!

Anax napolitain en vol stationnaire
Anax napolitain (300 mm)

lundi 16 août 2010

Madame Fauve

Libellule fauve (vieille femelle)

Madame Fauve est beaucoup plus discrète que Monsieur. Tandis qu'il arbore une livrée bleue-gris remarquable qui le fait parfois confondre avec l'orthétrum réticulé, madame porte la robe fauve qui a donné son nom à l'espèce.

Libellule fauve (vieille femelle)
Libellule fauve (vieille femelle)

Sa couleur terne lui permet de se camoufler aisément et d'échapper à l'objectif macro du photographe. Lequel doit se contenter de croper les clichés obtenus au zoom. Farouche, elle défend son territoire contre tous les intrus, caloptéryx et crocothémis compris alors que les mâles ne s'en prennent qu'à leurs congénères.

Libellule fauve (vieille femelle)

Après l'accouplement Madame Fauve pond seule près de la rive en plongeant son abdomen dans l'eau par à-coups. Elle se distingue alors de Madame Orthétrum (à la robe grise et sans marques sombres à l'abdomen) qui pond de la même manière mais sous la surveillance de Monsieur.

dimanche 15 août 2010

Monsieur Fauve

Libellule fauve (mâle)

2010 n'est pas une bonne année pour les libellules.
Certaines espèces sont moins visibles, leurs effectifs sont en forte baisse. Pas ou peu de nymphes au corps de feu, de libellules à quatre taches, quelques cordulies, aucun aeschne printanière, aucun d'anax empereur! Aussi les libellules fauves et les orthétrums réticulés, moins nombreux qu'en 2009, semblent dominer les rives de mes lieux d'observation.

Libellule fauve (mâle)
Libellule fauve (mâle)

La libellule fauve est une espèce que j'aime photographier.
Territoriaux, les males s'accomodent facilement de ma présence. Les femelles, moins nombreuses, sont très convoitées et ne demeurent souvent qu'à portée de zoom.

Libellule fauve (mâle)
Libellule fauve (mâle)

vendredi 13 août 2010

Vendredi 13

Leste vert femelle

La journée n'a pas bien commencé. J'ai retrouvé Pierre Kessler à l'étang du Beilenkopf mais nous avions oublié d'inviter les libellules!
Vers 17 heures, je suis allé à la Réserve naturelle du Delta de la Sauer, à quelques minutes de la maison. Il faut être optimiste pour tenter d'y photographier quoique ce soit un vendredi après-midi. Comme un pique-nique au bord de l'autoroute. Il faudra que j'écrive un truc sur le phénomène. Avant qu'on leur enlève le panneau "Réserve naturelle"...

Leste vert mâle

Les anax napolitains ne gardent plus l'entrée de la Réserve. Les orthétrums arpentent le gravier des chemins. Quelques rares sympétrums paradent dans les friches inondées du Grosswoerth, inaccessibles. Les lestes verts sont les rois des digues...

jeudi 12 août 2010

Agrions du Rhin

Dès que les premières "vraies" libellules apparaissent sous mon objectif, j'oublie les frêles demoiselles qui continuent de déambuler dans la végétation rivulaire. La pluie de ces derniers jours me donne l'occasion de fouiller le disque dur de mon ordinateur et de les retrouver.
Il s'agit ici des agrions que je rencontre en nombre au bord des étangs et des bras morts du Rhin. J'ai peu à raconter à leur sujet car je les observe assez peu.

Agrion élégant (Ischnura elegans)
Agrion jouvencelle (Coenagrion puella)
Agrion à larges pattes (Platycnemis pennipes)
Agrion portecoupe (Enallagma cyathigerum)

mardi 10 août 2010

La demoiselle du Beilenkopf


Au terme d'une journée de chasse aux dragons qui nous a réuni Pierre Kessler et moi, j'ai trouvé cette femelle caloptéryx posée sur le coffre de ma voiture. Je l'ai doucement repoussée et elle a accepté de poser pendant quelques minutes dans un environnement plus naturel...

Caloptéryx éclatant femelle
Caloptéryx éclatant femelle
Caloptéryx éclatant femelle

lundi 9 août 2010

Identifier les sympétrums

Sympétrum sanguin mâle

L'expérience ne permet pas toujours d'identifier au premier coup d'oeil les espèces de libellules sur le terrain. L'examen des photos sur l'écran du PC est souvent nécessaire.
Sur la première photo, le doute n'est pas permis : il s'agit d'un sympétrum. Les pièces anales (ou stylets) sont jointes, c'est donc un monsieur. Un agrandissement des pattes entièrement noires permet d'affirmer que j'ai capté un Sympétrum sanguin mâle.

Sympétrum sanguin femelle

Cette libellule a les pièces anales disjointes, il s'agit d'une demoiselle sympétrum. L'examen des pattes sur la photo ci-dessus montre des pattes striées. Vraiment? Ce n'est qu'un reflet ou une aberration : sur la photo suivante de la même demoiselle, les pattes sont noires et elles appartiennent à une femelle Sympétrum sanguin.

Sympétrum sanguin femelle
Sympétrum strié mâle

Cette fois, les pattes sont noires à ligne jaune, j'ai capté un mâle Sympétrum strié.

Sympétrum strié mâle

Bien sur, vous pouvez photographier les libellules sans chercher la petite bête! Si vous souhaitez les identifier, vous devrez saisir en une photo ou en une série documentaire l'ensemble des détails qui permet de les distinguer les unes des autres. Ce n'est pas toujours facile, on a toujours tendance à omettre un détail important mais avec un peu d'entrainement il est aisé de saisir en 2 ou 3 clichés les points essentiels (les pièces anales, les taches des ailes, les marques abdominales et thoraciques, les pattes, la moustache...

vendredi 6 août 2010

Regards

Caloptéryx

Le regard d'une libellule est parfois si intense que je ne me lasse pas de le rechercher...

Libellule fauve
Caloptéryx
Agrion
Agrion

mardi 3 août 2010

Orthétrums du Beilenkopf

Orthétrum réticulé

Cantonnés il y a un mois à la sente qui ceinture l'étang du Beilenkopf, les orthétrums réticulés occupent désormais les rives que dominaient jusqu'à leur disparition les libellules fauves. Ils ont également adoptés leur comportement, repoussant à leur tour les crocothémis écarlates et les sympétrums sanguins. Téméraires, ils chamaillent même les imposants anax napolitains.

Orthétrum réticulé

lundi 2 août 2010

Les sanguins

Les sympétrums sanguins sont les petits rois des friches fleuries du Grosswoerth.
Très mobiles et plus nerveux que les lestes cantonnés près des digues, ils ne sont pas toujours faciles à repérer. La livrée jaune des mâles immatures et des femelles leur offre un excellent camouflage. Les rouges mâles matures sont territoriaux et se laissent approcher, cramponnés à leur perchoir, jusqu'à l'agacement.


Sympétrum sanguin, mâle immature
Sympétrum sanguin, mâle mature

dimanche 1 août 2010

Le leste fiancé

Leste fiancé

Jusqu'à présent, je n'ai observé que deux espèces de lestes à la Réserve du Delta de la Sauer, le leste vert (Lestes viridis) et le leste fiancé (Lestes sponsa).
Si j'ai beaucoup photographié le leste vert, je n'ai capté le leste fiancé qu'en 2009 tout en le confondant avec le leste dryade (Lestes dryas) ou leste des bois que j'avais rencontré quelques semaines plus tot dans les Vosges du Nord.

Leste fiancé
Leste fiancé