samedi 31 juillet 2010

Le napolitain

Les rencontres sont souvent brèves et se déroulent loin de la berge. La grande libellule se pose dans les herbes et il me faut rapidement démonter mon 100mm macro, monter le zoom 300mm sans quitter de l'oeil la cible.

Anax napolitain dans les herbes

Cela n'a duré que quelques secondes, suffisantes pour capter cet anax napolitain...

Anax napolitain (recadré, zoom 300mm)

jeudi 29 juillet 2010

Mme Sanguin

Sympétrum sanguin (femelle)

Avant l'orage, je suis revenu ce jeudi matin à la Réserve du Delta de la Sauer. Espérant y trouver une femelle Sympétrum sanguin bien sur. Les trouver n'est pas très compliqué mais, plus farouches que ces messieurs, elles ne se laissent pas toujours approcher. A cette distance, il est très facile de les confondre avec les mâles immatures ou des femelles Sympétrum jaune.

Sympétrum sanguin (femelle)

mercredi 28 juillet 2010

Sympétrum sanguin

Sympétrum sanguin
La réserve du Delta de la Sauer est victime de son succès.
Lorsqu'on souhaite faire des photos, prendre le temps de cadrer, tourner autour du sujet, il faut désormais composer avec les autres usagers de la nature. Éviter les cyclistes qui tentent de rallier la prochaine étape, veiller à ne pas bousculer les rolleuses "ipodées" jusqu'aux oreilles, ne pas stationner sur le sommet des digues où les vététistes font ce qu'il faut pour que l'herbe ne repousse pas. J'oublie les pêcheurs paresseux qui traversent la Réserve de long en large et en voiture sauf Dimanches et Fêtes...
C'est l'occasion de s'éloigner des talus rasés de près et de redécouvrir les prairies sauvages du Grosswoerth heureusement délaissées par le badaud qui n'y voit que des friches hirsutes. Il y a pourtant beaucoup à voir : roselières, mares, fleurs sauvages, oiseaux, criquets, sauterelles, papillons et libellules. C'est là que j'ai capté ce sympétrum sanguin très coopératif. Sa femelle jaune orangé a fui l'objectif, une prochaine fois peut-être...

Sympétrum sanguin
Sympétrum sanguin

mardi 27 juillet 2010

Le leste vert

Leste vert

Le leste vert que je surnomme volontiers "patriote" apparait vers la mi-juillet dans la Réserve du Delta de la Sauer. Je ne crois pas qu'il apprécie particulièrement les défilés et les feux d'artifice mais il ne redoute pas la présence humaine : il se laisse volontiers tirer le portrait...

Leste vert
Leste vert

lundi 26 juillet 2010

Les yeux plus gros que le ventre

Petite escapade à l'étang du Beilenkopf entre 2 averses...
Beaucoup de papillons et peu de libellules en vue à l'exception de cet anax napolitain (Anax parthenope) en train de savourer une sylvaine. Sa proie semble trop grosse pour lui mais il ne mangera que le corps du papillon, négligeant les ailes...

Anax napolitain (Photo prise au 100mm)

Anax napolitain (Photo prise au 300mm)

jeudi 8 juillet 2010

L'orthétrum affamé

Libellule fauve male

Les fortes chaleurs des récentes semaines et l'irruption massive de moustiques qui en a découlé m'avaient éloigné de mes libellules. Il faut avouer qu'une vingtaine de piqures en moins de 5 minutes vous persuade de préférer les fleurs et les papillons !

De retour à l'étang du Beilenkopf déserté par les pêcheurs et les moustiques, je suis accueilli par une libellule fauve mâle. J'ai également aperçu des anax et des crocothémis. Les photos des crocothémis sont floues et les anax ont préféré jouer les filles de l'air...
J'ai donc harcelé un mâle orthétrum immature...

Mâle orthétrum immature

Il m'a fallu quelques secondes pour réaliser qu'il était en train de diner et ne souhaitait pas être dérangé pendant les heures de repas.

 Mâle orthétrum immature

[Philibellules est en pause jusqu'à la fin du mois. A bientôt !...]

samedi 3 juillet 2010

Fauves du 24 juin 2010

Quelques libellules fauves observées le 24 juin 2010 à l'étang de l'Etot (Oise, région Picardie)...


vendredi 2 juillet 2010

Porteur de rosée

Capté au bord du Rhin, ce porteur de rosée - un caloptéryx éclatant - attend sans impatience le lever du jour...

jeudi 1 juillet 2010

Orthétrums de l'Etot

Les pêcheurs ont fauché environ 2/3 de la végétation rivulaire de l'étang de l'Etot pour dégager les emplacements marqués.
Ce défrichage ne me gêne pas : les libellules sont concentrées sur la partie sauvage, envahie par les roseaux et les orties, laissée en état par les pêcheurs. Cela m'arrange même puisque je peux observer plus facilement d'autres espèces, en particulier des orthétrums, là où je ne voyais rien les jours précédents.