lundi 31 mai 2010

Agrions

Les agrions peuplent les rives du Fahrgiessen. Élégant, jouvencelle ou porte-coupe... S'il ne m'est pas toujours facile de les distinguer du premier coup d'œil, j'ai toujours beaucoup de plaisir à les photographier.

Agrion élégant

Agrion jouvencelle

Agrions porte-coupe

dimanche 30 mai 2010

La Naïade aux yeux rouges

La Naïade aux yeux rouges (Erythromma najas) est une demoiselle très discrète sur les rives du Fahrgiessen.
On la remarque à peine au sein des grandes colonies d'agrions et de caloptéryx. Elle n'a pas le nombre des agrions bleus et noirs qu'elle semble éviter. Elle n'a pas le corps de métal des caloptéryx bienveillants à son égard. Elle n'a que ses yeux rouges...

samedi 29 mai 2010

Mr Calopteryx

Depuis une semaine, Monsieur Caloptéryx arpente la végétation rivulaire du Fahrgiessen. Sa couleur bleue permet de le repérer facilement mais pour le capter... c'est une autre histoire !
Alors que les libellules et les demoiselles essaient d'éviter l'homme, le caloptéryx - tout en maintenant les distances - est assez curieux, intrigué par ma présence.

Peu après l'émergence, pas facile de trouver l'équilibre !

C'est mon territoire !

Tu veux ma photo ?

vendredi 28 mai 2010

De profil

Une petite sélection de caloptéryx du Fahrgiessen et du Beilenkopf qui m'ont présenté leur meilleur profil...

Anisoptères de Mai

Inspectant inlassablement la végétation rivulaire de l'étang du Beilenkopf, la cordulie bronzée (Cordulia aena) n'est pas facile à capter.
Malgré un comportement assez proche, la libellule fauve (Libellula fulva) se pose parfois et donne sa chance au photographe. Il m'en faudra beaucoup pour obtenir un bon cliché de l'æschne printanière (Brachytron pratense), observée mais non captée.

Cordulie bronzée en vol

Libellule fauve immature

Libellule fauve

Libellule fauve en vol

jeudi 27 mai 2010

Emergence de la Pentecôte 2

La seconde émergence a commencé, une araignée veille...

La libellule est arrimée à son exuvie.

Plan rapproché sur la libellule fauve.

L'exuvie quelques heures plus tard.

Emergence de la Pentecôte 1

J'ai pu observer partiellement 3 émergences à l'étang du Beilenkopf en ce lundi de Pentecôte.
Arrivé tôt, j'ai perdu du temps à les trouver et elles avaient bien commencé.
L'émergence n°1 était dissimulée à 1 mètre de la rive. Les conditions de prise de vue n'étaient pas géniales (beaucoup de végétation, pieds dans l'eau, vent, luminosité).

Sur la 1ère photo, on remarque les ailes encore laiteuses.

Une heure plus tard, les ailes sont transparentes quoiqu'encore collées.

Les couleurs apparaissent. La bande médiodorsale noire de l'abdomen me permet d'identifier une libellule fauve.

L'exuvie de la libellule fauve.

Une libellule fauve immature quelques heures plus tard.

lundi 24 mai 2010

Caloptéryx

Les caloptéryx sont de retour depuis quelques jours au Fahrgiessen. Ce n'est pas encore l'affluence. Curieusement la rive Ouest abrite des caloptéryx éclatant tandis que les caloptéryx vierge occupent la rive Est.

samedi 22 mai 2010

Observer une émergence

Savoyarde m'a posé une question : "Y a t-il un truc à savoir pour observer des émergences. Une météo particulière ? Un moment précis de la journée ? Je fais appel à ton expérience car je n'ai jamais pu assister à une seule émergence".

Samedi matin, je suis allé au Fahrgiessen. Il faisait beau et le niveau de l'eau était élevé. J'ai délaissé la rive ombragée et j'ai inspecté la rive ensoleillée. En général, les émergences ont lieu là où la rive est en pente douce.
J'ai repéré une demoiselle humide et presque incolore. A quelques centimètres, son exuvie adhérait encore à la végétation.



Dans une zone que je ne connais pas, le matin de bonne heure, j'inspecte la végétation rivulaire : les prédateurs tels que les araignées tissent et/ou attendent à proximité des émergences. Je privilégie les zones ensoleillées et peu couvertes. La plupart du temps c'est fructueux.
Cela se passe très vite pour les zygoptères, cela dure plusieurs heures pour les anisoptères.
Certaines espèces émergent là où elles le peuvent (libellules à quatre taches, æschnes), d'autres choisissent des zones abritées, dépassant les premières lignes des araignées (cordulies).
Les zygoptères émergent tout près des rives, souvent cachés dans la végétation, parfois au ras du sol. C'est assez rapide et peu facile à capter sans se mouiller ou mouiller l'objectif.

L'année dernière, j'avais rédigé trois billets sur le sujet. Pour mémoire :
http://philibellules.blogspot.com/2009/05/emergence-dune-libellule.html
http://philibellules.blogspot.com/2009/10/lemergence-1.html
http://philibellules.blogspot.com/2009/10/lemergence-3.html

vendredi 21 mai 2010

Fauve

J'ai attendu la fin de cette semaine pluvieuse pour retourner à l'étang du Beilenkopf. Il n'y avait en fin d'après-midi qu'une libellule à l'endroit où j'avais repéré 3 émergences.
J'ai d'abord utilisé mon zoom 70-300 mm pour l'approcher.


Lorsque j'ai réalisé qu'elle était fraichement immergée et encore incapable de voler, j'ai monté mon 100 mm. Cette belle libellule fauve s'est laissée tirer le portrait sans problème : ça valait la peine de revenir les pieds trempés !

jeudi 20 mai 2010

Demoiselles

La pluie ne favorise pas l'observation et la prise de vues. Cette semaine, j'ai capté peu de demoiselles et aucune libellule pour le moment.

Agrion jouvencelle

Agrion jouvencelle

Agrion à larges pattes

Dans les Vosges, j'ai très brièvement observé une demoiselle dont l'identification me pose problème. Je pense qu'il s'agit d'un leste brun mais je n'ai aucune certitude, merci pour votre aide.

Leste brun

mardi 18 mai 2010

Emergences

Je suis arrivé un peu tard dans la matinée à l'étang du Beilenkopf. Il y avait peu de libellules sur les rives mais j'ai repéré 3 émergences en cours.
Les photos ne sont pas de bonne qualité : les émergences avaient lieu loin de la rive, j'ai dû utiliser mon zoom 70-300mm qui n'offre pas le piqué du 100 mm.
Je n'avais pas le temps d'assister à la suite des évènements aussi je ne peux pas formellement identifier les espèces observées. Mes prochaines observations me permettront sans doute d'en savoir davantage.

lundi 17 mai 2010

16 mai 2010

La semaine dernière, je n'avais pas rencontré de libellules malgré des inspections répétées des rives du Fahrgiessen. Le niveau de l'eau s'élevait progressivement, ce qui favorise souvent les émergences.
Le temps a changé ce dimanche, la température maximale du milieu de journée a dépassé 10°C. L'observation en fin de matinée a été infructueuse. En fin d'après-midi, presque au même endroit que l'année dernière, je découvrais ma première demoiselle, un agrion à larges pattes. C'était le seul spécimen de la rive Ouest.

Agrion à larges pattes

En remontant la rive opposée, j'ai trouvé quelques agrions élégants dans l'herbe haute, prêts à rejoindre le sous-bois à la moindre alerte. Ceux que j'ai pu capter étaient moins vifs. Leur émergence semblait récente, ils volaient d'herbe en herbe, gênés par leur abdomen encore humide.
 
Agrion élégant