dimanche 28 mars 2010

A sec !

A la recherche de brunettes hivernales, je n'ai rencontré que des crapauds !
Si le niveau de certains étangs est assez élevé, les bassins secondaires sont presque à sec. La végétation rivulaire est encore une végétation d'hiver. Les batraciens et les insectes y sont absents. Une comparaison sommaire avec les sites d'observation du sud de la France que fréquentent Carine et Alain montre un décalage de 2 à 3 semaines.

 Un étang presque à sec

La brunette hivernale
Brunettes d'hier

vendredi 26 mars 2010

Terre Sauvage

Le numéro d'Avril de Terre Sauvage est paru !
Outre un splendide supplément consacré aux Vosges, il propose un excellent reportage "L'or vert du Rhin". Vous découvrirez pourquoi je suis tombé amoureux de ces forets souvent immergées à la faune si riche...
Le magazine propose également une série de carnets des réserves naturelles (Massif du Grand Ventron, La petite Camargue alsacienne, Frankenthal-Missheimle, L'ile du Rohrschollen, La foret d'Erstein, l'ile de Rhinau, La foret d'Offendorf, Delta du Sauer).
La foret d'Offendorf et le Delta du Sauer ne vous sont pas inconnus, je les visite en voisin, un grand nombre de mes photos y ont été prises.

http://www.terre-sauvage.com

dimanche 7 mars 2010

Le Fahrgiessen en hiver


Le Fahrgiessen est un bras mort du Rhin où je photographie depuis plusieurs années un grand nombre de libellules.
Son niveau varie en fonction du cours du Rhin avec lequel il communique via la rivière Sauer et un petit canal de décharge qui passe sous la grande digue orientale construite pour protéger la ville de Seltz des crues du Rhin. La digue sert également de piste cyclable.


En Janvier

Le Fahrgiessen est un endroit assez sauvage riche en insectes et en fleurs où il n'est pas rare de croiser furtivement chevreuils, cigognes, hérons, cygnes, canards, rats musqués et lézards. C'est une réserve de pêche dont une petite partie des berges et du lit sont entretenues une fois l'an par l'association de pêche. Leur action douce permet à la végétation rivulaire de se renouveler normalement.
Comme dans la Réserve Naturelle du Delta de la Sauer toute proche, il y avait un peu moins de fleurs l'année dernière : personne n'avait repris les ruches du vieil apiculteur décédé en 2008. J'espère qu'une solution sera trouvée cette année et que les abeilles polliniseront à nouveau les lieux.


 
En Mars



Les saules têtards qui bordent le Fahrgiessen ne sont pas taillés chaque année mais tous les 3-4 ans. Leurs branches étaient utilisées pour la vannerie (paniers) et leur écorce pour soulager les migraines car elle contient de l'aspirine. Leurs feuilles ont sous le soleil des reflets argentés.