vendredi 31 juillet 2009

Le sentier découverte du Hanau

Au coeur des Vosges du Nord, à quelques kilomètres de Philippsbourg (Moselle), se trouve l'étang du Hanau. On y trouve une petite base de loisirs (camping, restaurant, etc...) qui occupe environ les 9/10è de l'espace mais aussi un sentier découverte créé en 2006 sur la tourbière, au nord de l'étang, désertée par les campeurs.
Afin de protéger les sols et la végétation fragile, un chemin de caillebotis enjambe une partie du parcours. A intervalles réguliers, des panneaux d'information présentent l'histoire, la flore et la faune des lieux.






C'est une petite balade à faire en famille (moins d'un kilomètre, pas de dénivelée), une pause pendant une randonnée pour découvrir une tourbière typique des Vosges du Nord. C'est aussi l'occasion d'approcher les libellules (sympétrums, orthétrums, anax, aeschnes, crocothémis) qui abondent et n'hésitent pas à se poser sur les caillebotis.

Sympétrum strié

Orthétrum réticulé

lundi 27 juillet 2009

Mme & Mr Crocothémis

Voilà un petit moment qu'un crocothémis écarlate mâle arpentait l'allée des orthétrums, se bagarrant avec les sympétrums sanguins tout en restant à bonne distance de mon objectif.
Je ne parvenais pas à le capter et ne voyait en lui qu'un sympétrum agressif faute d'avoir pu l'approcher.
Je parvins néanmoins à prendre un cliché au zoom de cet infatigable querelleur après une série de photos d'une libellule inconnue. L'examen à la maison montrait que l'inconnue était Madame Crocothémis, identifiée grâce à sa bande blanche entre les ailes, veillée de loin par Monsieur.

Crocothémis écarlate, femelle

Le leste des bois

Le leste des bois (Lestes dryas) n'est pas difficile à observer mais il évite les objectifs lorsqu'ils s'approchent trop à son gout.
Les lestes de la Sauer s'enfonçaient dans la végétation tandis que les lestes des Vosges du Nord se perchent dans les branches hautes des pins qui bordent les étangs.
Les lestes dryas sont apparus mi-juin près de la rivière Sauer et ont presque disparu depuis l'arrivée des lestes verts mi-juillet.
Dans les Vosges, l'ordre est inversé : les lestes verts sont apparus les premiers et ont laissé la place aux lestes des bois dès la mi-juillet.



La lagune des leucorrhines

dimanche 26 juillet 2009

La cordulie bronzée

J'avais essayé de capter une cordulie bronzée en vol il y a bientôt 2 mois : l'exercice était difficile tant son vol est imprévisible !
J'ai réussi une série de clichés : ma patience et mon matériel n'en sont presque pas responsables. La cordulie défendait vigoureusement son territoire contre toute intrusion et se plaçait fréquemment devant mon objectif en vol stationnaire : difficile alors de rater pareil sujet...




Cordulie bronzée et duveteuse
Sous le soleil exactement

Le sympétrum srié

Les mâles immatures et les femelles matures de l'espèce Sympétrum strié (Sympetrum striolatum) peuvent être facilement confondus sur le terrain avec les imagos de l'espèce Sympétrum sanguin (Sympetrum sanguineum).
Certains critères permettent de les différencier avec un peu d'attention (moustache du striolatum plus courte, pattes noires à ligne jaune sur toute la longueur du tibia et du fémur du striolatum) tandis que d'autres sont plus difficiles à repérer (tache à la base des ailes plus petite chez striolatum).
Cependant leur habitat est sensiblement différent à la Réserve naturelle de Munchhausen et les autres biotopes que je visite : le Sympétrum strié colonise tous les milieux tandis que le Sympétrum sanguin semble absent des prairies humides et des sous-bois.



Faux jumeaux
Premiers sympétrums striés

samedi 25 juillet 2009

Etang de l'Etot - 4

Observation du 24 juin 2009

La femelle Orthétrum pond par à coups en balançant son abdomen dans l'eau. Elle marque une pause de quelques secondes, pond sur le tronc immergé puis alterne les pontes à la surface de l'eau et sur le tronc pendant plusieurs minutes.




L'orthétrum réticulé à Amelange
L'amour est dans la lône

Etang de l'Etot - 3

Observation du 24 juin 2009

La femelle Anax empereur n'est gênée par ma présence et pond dans les myriophilles en compagnie d'autres femelles à 2-3 mètres de la rive.




La femelle Anax empereur pond près de la berge, la plupart du temps à couvert du surplomb formé par la rive.



La ponte de l'impératrice
Anax empereur, séquences de ponte 4 et 5

vendredi 24 juillet 2009

Le sympétrum sanguin

Partageant les mêmes aires que l'orthétrum réticulé, le sympétrum sanguin se fait de moins en moins rare dans le delta de la Sauer. Il m'arrive encore de le confondre avec le sympétrum strié et seul l'examen des clichés me permet de les différencier.
Farouche, il se laisse facilement approcher pendant que l'orthétrum reste à bonne distance. Sa distance de fuite permet l'utilisation du 100mm macro avec un peu de persévérance. Le mâle mature a un peu l'allure du crocothémis écarlate mais il me semble moins agité et moins belliqueux.





Le sympètre de Haute-Garonne
Le sympetrum sanguin de Lorraine

Les lestes de juillet

Apparus un mois plus tôt dans les Vosges, les lestes verts sont visibles près de la digue Est de la Réserve naturelle de Munchhausen. Ils abonderont dans un mois. Je les observe depuis quelques années mais je n'ai pas encore eu l'opportunité d'assister à une émergence ou une ponte.





Le Leste vert (Lestes viridis) au parc de Brieux

jeudi 23 juillet 2009

Image & Nature

Le numéro d'été d'Image & Nature, disponible en maison de presse (n°23, 4.90€), fait la part belle aux libellules.
Ne manquez pas le magnifique portfolio de Julien Poiron !

mercredi 1 juillet 2009

Etang de l'Etot - 2

Observation du 23 juin 2009.

Etang de l'Etot

3 étangs constituent l'ensemble des étangs de Saint-Pierre (l'Etot, Saint-Pierre, la Rouille).
La Rouille et Saint-Pierre ont d'importantes populations d'agrions et de lestes et quelques anisoptères. La présence de nombreux promeneurs perturbe l'observation et la prise de vue.
Les rives de l'Etot, envahies par les rubaniers, les orties et les roseaux, connaissent peu l'emprise des promeneurs. Son cortège de libellules est vaste en ces premiers jours d'été et assez facile à observer. J'ai volontairement négligé la captation des zygoptères (agrions, nymphes, caloptéryx) et privilégié l'observation des anisoptères.

Ma première libellule de la journée est morte. Je la repère en tentant de surprendre des femelles Anax en train de pondre. Je la sors de l'eau à l'aide d'une brindille pour mieux la photographier : il s'agit d'un Cordulégastre annelé.

Cordulégastre annelé

Cordulégastre annelé

Je poursuis le tour de l'étang et retrouve à peu près aux mêmes emplacements que la veille Libellula fulva et Crocothemis erythraea.

Libellule fauve

Libellule fauve

Crocothémis écarlate

Je surprend à nouveau la ponte d'une femelle Anax. Elle dépose ses œufs sous le saillant formé par l'herbe. A l'aplomb de la rive, mes clichés ne sont pas de bonne qualité.

Femelle Anax empereur pendant la ponte

Etang de l'Etot - 1

Observation du 22 juin 2009.

Les étangs de Saint-Pierre sont situés en pleine foret entre Compiègne, ville impériale sous Napoléon III, et Pierrefonds dont le château a été restauré par Viollet-Leduc.
L'Etot, Saint-Pierre et la Rouille constituent l'ensemble de ces étangs très fréquentés par les pêcheurs et les promeneurs.
J'ai choisi d'observer le cortège de l'Etot parce que je l'avais négligé l'année dernière au profit de La Rouille et Saint-Pierre.

L'Etot est un étang peu profond d'environ 3 ha bordé de chênes et de grisards. Un sentier envahi par les orties permet d'en faire le tour. 5 emplacements situés à l'entrée sont réservés à la pêche, ce sont les seuls endroits où la végétation est basse.
La végétation rivulaire est constituée de rubaniers, de carex et de roseaux.

La première libellule rencontrée est un sympétrum immature. L'examen des clichés montre des lignes jaunes sur les pattes, j'en déduis qu'il s'agit d'un Sympétrum strié (Sympetrum striolatum) mâle immature.

Sympétrum strié

Sympétrum strié

Un bruissement d'ailes et la grande libellule disparaît dans la végétation dense. Je cherche ma proie et trouve ce superbe Anax empereur dissimulé au pied de l'herbe en train de dévorer un papillon.

Anax empereur

Anax empereur

Anax empereur

Alors que je ne parvenais pas à approcher les libellules fauve du Fahrgiessen, je peux prendre des clichés à quelques dizaines de centimètres des sentinelles de l'étang, provoquer leur fuite et les voir rejoindre un perchoir proche du précédent.

Libellule fauve

Ce Crocothémis écarlate est plutôt méfiant et reste à bonne distance de l'objectif, cherchant ses proies à ras du sol.

Crocothémis écarlate

Un bruit dans l'herbe attire mon regard : cet Anax napolitain se débat et semble épuisé. Cela me laisse un peu de temps pour lui tirer le portrait avant qu'il reprenne son vol.

Anax napolitain

Anax napolitain

Je surprend une femelle Anax empereur en train de pondre très près de la rive. Impossible de me déporter pour tenter un meilleur cadrage.

Anax empereur

Allée Nord du Grosswoerth

Observation du 20 juin 2009.

Longeant la digue en terre qui protège la prairie humide des crues de la rivière Sauer, l'allée Nord du Grosswoerth est un repaire de moustiques peu sensibles à la citronnelle ! Heureusement, c'est aussi un milieu où les odonates abondent : les lestes y apparaissent un mois plus tôt que dans le reste de la Réserve, les libellules dépressives sont toujours présentes autour des petites et profondes dépressions et les sympétrums profitent des hautes herbes pour murir.

Leste des bois, mâle

La digue en terre est plantée de chênes. Sur le talus, de hautes herbes abritent des populations de lestes des bois (Lestes dryas). Les lestes verts (Lestes viridis) apparaitront mi-juillet près de la digue Est.

Leste des bois, mâle

Les sympétrums sanguins naissent et murissent dans les dépressions de la roselière centrale du Grosswoerth.

Sympétrum sanguin

Sympétrum sanguin

La libellule dépressive règne près d'une petite mare presque asséchée. Elle me repère d'assez loin et se dérobe.

Libellule dépressive, mâle immature

Libellule dépressive, mâle immature