vendredi 19 juin 2009

Vignetage

Un petit tour au Fahrgiessen pour constater la montée des eaux.
Je constate une fois de plus que les imagos de toutes espèces sont plus nombreux après et pendant les crues du bras mort.
La libellule fauve, que je croyais disparue, monte la garde : les 4 mâles que j'observe ont des ailes toutes neuves. La population de caloptéryx s'est accrue et les agrions à larges pattes s'accouplent dans les hautes herbes. Je suis un peu loin mais je parviens à capter l'exuvie d'un caloptéryx.
J'utilise mon 300mm et la qualité s'en ressent, le vignetage est omniprésent sur la plupart des clichés.

Exuvie de caloptéryx

Libellule fauve

jeudi 18 juin 2009

On the road again

Quelques photos d'orthétrums (orthetrum cancellatum) prises ce matin sur le chemin du Grosswoerth.
Si j'identifie sans problème la 1ère photo (un mâle) et les 2 dernières (une femelle), j'avoue que la seconde me pose problème : femelle ou mâle immature ? La prise n'est pas de bonne qualité et ne me permet pas de distinguer la lamina et les pièces anales.






Orthetrum réticulé, orthetrum cancellatum
Une journée d'enfer 7 : face à face

Via orthetrum

Le Grosswoerth par le Nord

Que les latinistes me pardonnent le titre de ce billet !
Je souhaite évoquer une fois encore "la piste des orthétrums". Ce chemin traverse une zone de prairies humides appelée Grosswoerth. Ce nom signifie "la grande presqu'ile" parce qu'il s'agit d'une langue de terre gagnée sur l'ancien lit du Rhin et protégée par des digues. La digue Nord canalise la rivière Sauer, la digue Est l'abrite des crues du Rhin.
Le bois de Munchhausen, coincé entre la digue Est de la Réserve naturelle et la grande digue du Rhin canalisé, vaste vasière, joue le rôle de polder.


A regarder les photos du Groesswoerth, on n'y passerait pas ses vacances malgré l'absence de moustiques. Il n'y a pas de grandes pancartes pour vous dire de ne pas marcher sur la pelouse ou vous inviter à prendre des photos ici et là parce que c'est joli. C'est une zone de prairies humides où les dépressions parfois profondes abritent des roselières et des mares bordées de vieux saules blancs.
C'est ce chemin que j'emprunte avec plaisir lorsque l'irritant pollen des peupliers envahit le Nord-Est de la Réserve. Il est facile d'y observer un grand nombre de papillons, des criquets, des batraciens et des libellules. Juin-juillet est la saison des orthétrums réticulés. Les sympétrums leurs succèderont jusqu'à l'automne.

Prairie humide

Une roselière à gauche

Une mare

Une vasière

Une mare

mercredi 17 juin 2009

Splendides caloptéryx

Quelques photos de caloptéryx égarées sur mon disque dur. Elles ont été prises au Fahrgiessen.






lundi 15 juin 2009

Les lestes des Vosges

Les libellules à quatre taches ont disparu des Vosges du Nord. Seules subsistent quelques cordulies bronzées. Les anax sont invisibles.
Présent dès l'aube, je n'assiste à aucune émergence. Je n'ai pas trouvé de nouvelles exuvies. Les anciennes restent en place : elles n'intéressent pas les oiseaux.
Les lestes verts commencent à abonder et se laissent tirer le portrait. Près du Rhin, je ne pourrai les observer qu'à la mi-juillet.




Le leste vert à Ennery
Drole de zygoptère

dimanche 14 juin 2009

La piste des orthétrums

Grosswoerth signifie "la grande presqu'ile". C'est une zone de prairies humides et de roselières de la Réserve Naturelle de Munchhausen.
La plupart des visiteurs la longent à l'Est en empruntant la piste cyclable qui relie Lauterbourg à Strasbourg en remontant le cours du Rhin ou la toisent depuis la digue qui la protège des crues du Rhin.
Sous ses aspects de vaste friche régulièrement inondée, la Gosswoerth est un lieu d'observation idéal pour les ornithologues et les amateurs de libellules. J'ai baptisé le chemin qui la traverse "la piste des orthétrums".
Les orthétrums réticulés arpentent sans relâche ce chemin. Leur vol rasant attire l'attention, ils se posent à 3-4 mètres du promeneur qui s'approche puis s'éloignent. Peu à peu la distance de fuite diminue, la mise au point devient plus aisée, le sujet moins "perdu dans le gravier".
Il ne faut pas les perdre de vue sous peine de les rater lorsqu'ils se posent sur un support végétal plus photogénique qu'un chemin pierreux.
Je n'y ai observé que des mâles jusqu'à présent.






L'orthétrum réticulé à Ennery
L'orthétrum réticulé en Cotes d'Armor

samedi 13 juin 2009

Vosges du Nord - 12 juin 2009

Rapide tour d'horizon des lieux d'observation des Vosges du Nord...
Les nymphes au corps de feu sont encore nombreuses à l'étang du Heimbach, les mâles se disputent les femelles et chassent des rubaniers les fragiles agrions. Les cordulies bronzées patrouillent et ne se posent jamais.
La tourbière du Biesenberg est parcourue par d'infatigables libellules à quatre taches qui ont relégué les nymphes au corps de feu dans les sous-bois proches.

Leste vert

Leste vert

vendredi 12 juin 2009

L'æschne printanière

Il y a parfois de petits miracles même lorsque le vent est levé et que l'orage menace...
Ainsi cette æschne printanière (brachyton pratense) qu'une forte bourrasque a déposé presque à mes pieds alors que je tentais d'approcher un orthétrum réticulé.
Ce mâle a tenté plusieurs fois de se camoufler au pied des herbes avant de reprendre son vol. J'avais repéré une femelle l'année dernière beaucoup plus loin en aval du Fahrgiessen que je n'avais pu capter.





Aeschne de mai, brachytron pratense
Clés d'identification des odonates

mercredi 10 juin 2009

Fulva

Libellula fulva commence à disparaitre des berges du Fahrgiessen.
Il subsiste quelques individus que j'identifie très vite à leur vol rasant l'herbe de manière erratique à la recherche de proies.
S'il m'a été facile de la repérer, la réciproque était vraie.
Dotée d'une vue excellente, perchée ou posée dans des endroits dégagés, elle domine.
Lorsque je l'importune, elle fait quelques mètres sur la même berge. Lassée, elle rejoint l'autre rive.
Tandis que le caloptéryx s'accommode de quelques dizaines de centimètres, la distance de fuite de fulva se mesure en mètres.




Libellule fauve, libellula fulva, vieilles femelles
Clés d'identification des odonates
Libellula fulva

mardi 9 juin 2009

Quadrimaculata

Une série de photos récentes prises dans les Vosges du Nord de libellules à quatre taches. A de rares exceptions, les quadrimaculata préféraient se poser sur des supports secs. Elles se laissaient facilement approcher excepté lorsque des cordulies bronzées pénétraient sur leur territoire.

Support vert

L'art du camouflage




Libellules à quatre taches, libellula quadrimaculata
Quadrimaculata : risque d'overdose ?
Libellula quadrimaculata
Emergence d'une libellule à quatre taches

samedi 6 juin 2009

Amours de nymphes

Les amours des nymphes au corps de feu sont très discrètes.
La devise "Pour vivre heureux, vivons cachés" décrit parfaitement leurs ébats.
Ils s'accouplent sous les rubaniers ou les orties, à l'abri des prédateurs et du photographe. L'étreinte dure assez longtemps et le mâle ne lâche jamais la femelle jusqu'à la fin de la ponte.
La femelle pond dans les débris flottants au gré des déplacements du mâle.

Ponte

Entre 2 pontes

Le cœur copulatoire

Le cœur copulatoire


Goinfre gomphe

A l'abri de la haute végétation du Fahrgiessen, je découvre un gomphe à pattes noires en train de se nourrir d'un éphémère.
Le gomphe se laisse photographier quelques minutes mais préfère changer de perchoir lorsque j'approche de trop près mon 100mm.




Gomphe à pattes noires

jeudi 4 juin 2009

L'agrion à larges pattes

L'agrion à larges pattes (Platycnemis pennipes) est très répandu sur la berge Nord du Fahrgiessen où la végétation est plus sauvage et plus haute que sur la berge Sud fréquentée par les pêcheurs.
Il cohabite avec l'agrion jouvencelle et la nymphe aux yeux rouges dans les hautes herbes et les orties à quelques mètres de la rive jalousement gardée par les caloptéryx et les libellules fauves.
Sur le terrain, je le confond parfois avec le leste brun (Sympecma fusca) mais l'examen de l'extrémité de l'abdomen permet de les distinguer.

Agrion à larges pattes

Leste brun

Agrion à larges pattes

Agrion à larges pattes

mercredi 3 juin 2009

Le retour de l'Orthétrum réticulé

Patrouilleur difficile à approcher à moins de 2-3 mètres, l'orthétrum réticulé a fait son apparition dans les Vosges et au Fahrgiessen.
J'avais confondu le mâle capté dans les Vosges avec une libellule fauve mais l'examen de la photo montre des différences au niveau des yeux, des taches à la base des ailes et de l'extrémité de l'abdomen.
La femelle orthétrum a été photographiée au Fahrgiessen. C'était la première fois que je pouvais en approcher. Mais je l'ai peut-être confondue avec un mâle immature : l'examen de l'appendice anal n'est guère probant à cette distance.

Orthétrum réticulé mâle

Orthétrum réticulé femelle

L'orthétrum réticulé (Inventaire des odonates)
Clés d'identification des odonates