samedi 30 mai 2009

Les caloptéryx mâles du Fahrgiessen

Quelques clichés de caloptéryx éclatant mâles de la rive Sud du Fahrgiessen...





Les caloptéryx du Fahrgiessen

Il y a plusieurs points d'observation des caloptéryx sur le Fahrgiessen mais il ne présentent pas tous les mêmes caractéristiques.
Sur la rive Nord, un seul lieu de ponte de quelques mètres carrés rassemble dans les rubaniers mâles et femelles. Les mâles sont farouches et distants tandis que les femelles sont plus hardies et se laissent approcher par l'objectif.
La rive Sud offre plusieurs aires de regroupement. 3 où les mâles semblent sans femelles, ils gitent dans les roseaux et se laissent capter sans cérémonie. 2 où mâles et femelles sont rassemblés dans les rubaniers, seules les femelles manifestent une curiosité pour l'objectif.
Cela n'a pas de valeur scientifique mais je note que les célibataires caloptéryx sont cantonnés dans les hautes végétations tandis que les individus prêts à s'accoupler préfèrent les rubaniers.





Caloptéryx éclatant (femelles de la rive Nord du Fahrgiessen)

vendredi 29 mai 2009

Le Fahrgiessen

Le Fahrgiessen où j'observe les caloptéryx est un bras mort du Rhin, il communique avec la Sauer et lui sert de polder naturel lorsque le niveau du Rhin est si haut qu'il ne permet pas à la petite rivière de s'y jeter.
Les pêcheurs le fréquentent et entretiennent ses berges sur environ le tiers de sa longueur. La partie inférieure qui était reliée directement au Rhin est difficile d'accès, encombrée de haute et dense végétation. L'observation et la prise de vue n'y est guère aisée. J'y ai remarqué de grands spécimens de gomphes serpentins l'année dernière, j'espère les photographier prochainement.
La partie du bras mort gérée par les pêcheurs n'est pas sans intérêt : agrions, nymphes, caloptéryx, orthétrums, sympétrums se partagent ses rives tout au long de la saison. Je ne désespère pas : j'aimerais y photographier des émergences !



Caloptéryx du Fahrgiessen

Connecté

Après quelques jours de congés et une perte de connexion Internet, je reprends le fil de mes observations.

mercredi 20 mai 2009

Les caloptéryx

Au même endroit que l'année dernière, une petite avancée de terre dans un bras mort de la Sauer, j'observe un couple de caloptéryx éclatant (Calopteryx splendens).
Ils s'approchent tour à tour à moins d'un mètre de l'objectif. A une distance plus prudente, un jeune immature semble narguer le photographe et le couple de libellules.
Les caloptéryx ignorent avec superbe la présence des naïades et les font fuir lorsqu'ils occupent les mêmes feuilles de rubaniers.

Calopteryx splendens (mâle)

Calopteryx splendens (femelle)


Calopteryx splendens (mâle)

Calopteryx splendens (femelle)

Les Naïades de la Sauer

Je décide de prospecter une petite aire de la Sauer où j'avais pu photographier des caloptéryx et une espèce que je n'avais pas su identifier.
L'endroit n'est pas une presqu'ile mais une petite avancée dans un bras mort de la rivière. Les rives sont couvertes de rubaniers où se cachent les caloptéryx et les agrions. Quelques jeunes saules abritent l'espèce que j'aimerai mieux approcher.
Les grosses libellules sont absentes mais je découvre des naïades aux yeux rouges (Erythromma najas) très mobiles.
Au cours de l'identification, je les confonds avec Erythromma viridulum car mes naïades semblent présenter une coloration bleue de S2-3 et S8, l'examen de l'extrémité abdominale me fait pencher vers Erythromma najas.




mardi 19 mai 2009

SOS Larve

Découvrant une larve de libellule prise dans la soie d'une araignée, je décide de la libérer.
Tant pis pour l'araignée qui devra trouver une autre proie !
Je photographie la larve inanimée... qui s'éveille, s'agite dans ma main et que je dépose près des émergences en cours.


lundi 18 mai 2009

Libellules des Vosges - 2

Pour émerger, les larves de la libellule à quatre tâches semblaient préférer la proximité et l'ombre des berges et les carex en pleine eau.
Les larves de la cordulie bronzée n'hésitaient pas à se percher plus haut (arbres morts), à découvert et à parcourir plusieurs mètres sur la berge, quittes à émerger au ras du sol.
La cordulie m'est apparue plus vulnérable aux prédateurs et aux intempéries : j'ai photographié plusieurs spécimens victimes des araignées en cours d'émergence, incapables de prendre leur envol, leurs ailes froissées et collées par la pluie.

Cordulie bronzée en train de sécher après son émergence

Libellule à quatre tâches

Libellule à quatre tâches

Libellule à quatre tâches

Cordulie bronzée et son exuvie

Le retour de Caloptéryx

Présent depuis quelques jours sur les rives de la Sauer, Caloptéryx a fait son retour.



dimanche 17 mai 2009

Libellules des Vosges - 1

Libellule à quatre tâches (Libellula quadrimaculata).

Libellule à quatre tâches (Libellula quadrimaculata).

Libellule à quatre tâches (Libellula quadrimaculata) et son exuvie.

Cordulie bronzée (Cordulia aenea)

Libellule à quatre tâches (Libellula quadrimaculata) et son exuvie.

samedi 16 mai 2009

Emergence d'une libellule

Quelques photos de l'émergence d'une Libellule à quatre tâches (Libellula quadrimaculata) prises le 13 mai 2009 dans les Vosges.







Entre le moment où j'ai repéré la larve noire et la première photo de la séquence, il s'était écoulé presque 1 heure.
La dernière photo a été prise 1 heure plus tard. Je suppose qu'il lui a fallu 2 à 4 heures encore pour sécher et prendre son envol.

vendredi 15 mai 2009

Vosges du Nord - Biesenberg

Alimenté par le Zinzelbach, le plan d'eau de l'ancienne maison forestière du Biesenberg comprend 2 parties : une tourbière (où on peut observer des libellules) qui se déverse dans un étang dont les berges sont réservées à la pêche au 2/3.
L'étang est pratiquement déserté par les libellules. La tourbière est étroite et difficile d'accès mais plus large et mieux éclairée que le système du Moosbach. Mes observations portent sur sa partie la plus large qui communique avec l'étang par un déversoir.
J'ai pu photographier l'émergence d'une nymphe au corps de feu gênée par le vent assez fort.




jeudi 14 mai 2009

Vosges du Nord - Moosbach

Les 3 tourbières du Moosbach sont traversées par le petit ru au faible débit, affluent de la Rothenbach.
Les abords des tourbières ne font pas la joie du photographe : tourbe au Nord, arbres morts, ronciers et carex semblent lui en interdire l'accès. La lumière peine à franchir la barrière des arbres, l'eau est presque glacée.
Je n'ai remarqué aucune libellule près des tourbières Nord et Sud (on y trouve des aeschnes en Eté). Des émergences presque impossibles à capter sont en cours dans la petite glacière centrale, la mieux éclairée ce matin (10 heures).
J'utilise la lumière du flash et, malgré la qualité médiocre des clichés, j'identifie des nymphes au corps de feu.


Une nymphe et son exuvie flashés !


Une nymphe et son exuvie souriant au photographe affalé dans la mousse spongieuse.

Vosges du Nord - Heimbach

Levé de bonne heure, je décide de faire ma tournée des Vosges du Nord à la recherche d'émergences.
L'étang du Heimbach est la première étape. Suivront les froides tourbières du Moosbach, l'étang et la tourbière du Biesenberg. Ce ne sont pas les seuls endroits des Vosges où il est possible d'observer des libellules mais je prospecte lentement ;-)
Quelques nymphes au corps de feu sont visibles, pas encore disposées à voler. Aucune émergence n'est visible depuis les accès "dégagés" où je tente de capter les demoiselles, contrairement au dimanche 10 mai. Il ne pleut pas, la luminosité n'est pas satisfaisante, l'humidité et le froid (14°C) ne donnent guère envie de s'attarder.



Une émergence en cours (Nymphe) difficile à capter à cause de la végétation dense, de l'humidité et de la faible luminosité.



Une nymphe au corps de feu en train de sécher.