vendredi 5 décembre 2008

Insectes et araignées

Joli guide de poche signé par George C. McGavin, Insectes et araignées (ISBN: 2-03-560493-1) présente les espèces les plus répandues en Europe. Moins complet que l'ouvrage de Michael Chinery, il délivre cependant une information fiable et de qualité (classification, description, habitat) soutenue par de superbes photographies.

jeudi 4 décembre 2008

Le sympétrum de la semaine

Photos d'un sympétrum sanguin prises le 13 aout 2008.









Ce petit mâle (environ 40 mm de long) surveille son territoire prêt à en chasser ses rivaux.

mercredi 3 décembre 2008

Insectes de France

Insectes de France et d'Europe occidentale (ISBN: 978-2-0820-1375-8) est un guide indispensable.
Abondamment illustré, le texte de Michael Chinery présente les insectes d'Europe de l'Ouest. Les courtes et précises descriptions (classification, forme du corps et des ailes, comportement et habitat, etc...) permettent d'identifier rapidement l'espèce rencontrée. Bien entendu, les libellules ne sont pas oubliées : l'auteur leur consacre une douzaine de pages.
Son format poche en fait un compagnon idéal sur le terrain.

Proxiphotographie (2006-2008)

J'ai commencé à capter les insectes en 2006 à l'aide de l'objectif Canon EF-S 18-55 mm.
Adapté aux lents insectes butineurs, cet objectif fourni en kit avec le Canon EOS 350D s'est vite révélé inadapté pour les libellules. L'auto-focus patinait très souvent tandis que la mise au point manuelle offrait trop de jeu.
L'utilisation du zoom 55-200 mm macro de Tamron m'a aidé à résoudre en partie mes difficultés : son optique de qualité m'a permis d'obtenir des photos plus nettes malgré une bague trop étroite pour réaliser une mise au point manuelle rapide. Cependant, la distance de mise au point minimale de 25 à 30 cm du sujet ne permettait de réaliser que des vues rapprochées (proxiphotographies) et non de réelles macrophotographies. L'objectif 70-300 mm de Sigma, zoom classique dans la plage 70-300 mm et dédié à la macro dans la plage 200-300 mm, ne m'a pas permis de changer cela : la distance entre le sujet et moi s'était accrue, l'usage du trépied s'avérait souvent indispensable, cela a tout au plus renforcé ma détermination d'acquérir un réel objectif macro.
Je ne regrette pas avoir commis ses erreurs : l'achat de ces zooms était un nécessaire compromis entre mes moyens financiers et mon envie de réaliser des macros.